Un des déplacements important concerne l’analyse et l’évaluation de mon travail.

J’ai travaillé le fait de mettre de la distance par rapport à mes actes et mes paroles. Je travaille la capacité de voir ce qui se passe, au moment où cela se passe. Le but est d’analyser ma pratique (S.3.1 du référentiel métier). Il est possible de le faire en échangeant avec d’autres, lors de rencontres formelles et informelles. Je le fais systématiquement, seul, après une action de formation, en revenant sur les moments clés de la journée.

En effet, lors de mes interventions auprès d’adultes, j’ai pris le temps de revenir sur ce qui se passait pour « analyser des résultats, les interpréter et rendre compte de mon action sur les aspects organisationnels et pédagogiques. » (1.2.5). Je revois les scènes et les paroles échangées ainsi que les réactions de chacun. Ainsi ce retour réflexif me permet de voir les compétences et les outils que j’ai sollicités ainsi que les perspectives de changement dans ma pratique. De cette démarche, je cherche à « capitaliser les enseignements tirés » (1.2.6). A chaque intervention, j’écris ce qui m’a surpris, ce que j’ai découvert, ce qui se confirme et ce que j’apprends, c'est-à-dire les points de vigilance à avoir pour la prochaine formation.

Dans le même esprit, je développe la compétence « évaluer ou faire évaluer les acquis, le processus et les modalités de formation » (1.2.4). Les procédés de l’évaluation m’interrogent : quels critères utiliser ? Sur quoi sera évaluée la formation ? Quelles modalités ? A l’oral ou l’écrit ? Individuel ou collectif ? Quelle forme pour permettre une libre expression ? Quelles questions de fond faut-il poser ?

J’ai découvert au fur et à mesure de mes formations différents énoncés : « Ce que vous avez aimé faire, ce qui a été difficile, une réussite dont vous êtes fier(e), une journée qui vous a marqué(e), une surprise, un besoin que j’ai encore, s’il y avait quelque chose à inventer, une compétence que j’ai renforcée ».

Cette compétence est nouvelle pour moi. En effet, en classe, la question n’est pas posée de cette manière. Quand j’enseigne, je ne soumets pas aux enfants l’évaluation de ma séance (d’ailleurs, il ne serait pas pertinent de la faire). Je leur demande ce qu’ils ont appris. Leurs réponses me montrent de manière implicite l’efficacité de ma séance. Dans la formation d’adulte, évaluer le processus de formation et ses modalités est un incontournable.

L’évaluation de mes actions de formation, ainsi que son analyse sont des changements dans ma pratique professionnelle.

 

Retour à l'accueil